ESU : Récurrence des événements violents dans les milieux universitaires : l’UMC préconise une Journée scientifique de réflexion.

PARTAGER

L’UMC, l’Université Mariste du Congo, compte organiser dans un bref délai une grande journée scientifique sur la violence dans les milieux universitaires. Cette journée scientifique fera intervenir des politologues, des psychologues, des sociologues, des historiens, des juristes, des religieux et des acteurs œuvrant dans les organisations internationales.

Pr Billy BOLAKONGA

Selon son recteur qui nous livre cette information, le but visé est de poser un diagnostic complet des causes et conséquences de ce phénomène social multiforme (violences latentes et perceptibles) pour en proposer des antidotes afin de parvenir à une société démocratique non violente qui promeut  le vouloir vivre ensemble, le triomphe de la raison ainsi que les valeurs humanistes chrétiennes. Le Professeur Billy BOLAKONGA pense, à cet effet, qu’il est question de  décortiquer les causes de ce phénomène.

L’idée de l’organisation de cette journée est partie d’un constat : beaucoup d’actes de violence, de haine et de  barbarie dans les milieux universitaires. Bref, la récurrence des événements violents à Kisangani et particulièrement dans les milieux universitaires boyomais.

Recteur de l’Université Mariste du Congo (UMC) et professeur de l’institut facultaire des sciences agronomiques de Yangambi,  le Professeur Billy BOLAKONGA est l’un des professeurs qui se sont investis dans la série des conférences autour du thème «  la responsabilité de l’intellectuel face au péril  de la nation congolaise », aux côtés des professeurs Antoine NGUTE, Patrick MATATA MAKALAMBA Paul-René LUHATA TAMBWE,  Jacques DJOLI, Alphonse MAINDO Denis MUKWEGE et autres.