KISANGANI : Ce qui reste de la morgue des cliniques universitaires après l’évènement du 13 juin 2019

La morgue des cliniques universitaires de Kisangani a été vandalisée le jeudi 13 juin par des jeunes en colère. Cet outil qui aide la population de la ville de Kisangani à conserver les corps de ses morts a, par ailleurs, perdu plusieurs documents ainsi que son générateur qui sert à faire fonctionner la morgue en cas de coupure du courant électrique.

Ces jeunes manifestaient contre le meurtre de quatre personnes orchestré par un élément de la garde républicaine qui, lui aussi, a été abattu par ses amis des rangs. Ils réclamaient, par ailleurs à corps et à cris  la dépouille du militaire meurtrier pour être sûrs qu’il a été réellement abattu. N’étant pas satisfait, ces jeunes se sont livrés à des actes de barbarie, comme témoigne Ezéchiel TSHOTSHO, gérant de la morgue des cliniques universitaires.

«…Au fait, hier aux environs de 10 heures, les éléments de la garde républicaine sont venus déposer le corps d’un de leur qui était tué après avoir assassiné son épouse et trois autre personnes .Quelque temps après, nous avons vu des jeunes venir réclamer le corps du militaire tué. Ne pouvant pas leur donner ce corps, ces jeunes se sont mis à détruire tous ce qu’ils ont vu : chaises, documentation, groupe électrogène, etc. Ils ont même blessé deux de mes agents. Nous demandons par cette occasion aux autorités de trouver une solution à ce problème…» 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *