sam. Déc 7th, 2019

RFMTV

La Radio Télévision Forces des Médias

Kisangani : Elections : le PNUD et la MONUSCO volent au secours des femmes candidates.

3 min read

Les femmes se sont dotées des stratégies pour mieux réussir aux élections et ont pu mettre en place un cadre pour assurer la visibilité des candidates alignées aux prochaines échéances électorales. C’était au cours d’un atelier de deux jours qui s’est tenu le 19 décembre 2018. Les femmes et jeunes filles candidates de la conscription de Kisangani ont donc vu leurs capacités renforcées pour être à même de remporter les élections de décembre 2018. Ces assises  ont, par ailleurs, permis aux participantes de bien jouer leur rôle  dans le processus électoral en qualité d’observateurs, d’agents de contrôle et de suivi des bureaux de vote ou comme candidates.

Le chef de bureau du PNUD Kisangani, Oumar Papys Ndiaye, a encouragé les candidates à utiliser les réseaux sociaux et à nouer des partenariats stratégiques avec les médias. Pour lui, ses assises devront permettre aux participantes de mener des sessions de dialogue de proximité avec les groupes restreint des femmes candidates et de construire la capacité de confiance personnelle et de projection dans le champ politique. Il pense que cet atelier s’inscrit dans le cadre de l’objectif de développement durable qui  gravite autour de l’autonomisation et de la promotion de la femme.

Oumar Papys Ndiaye estimes que « les femmes aujourd’hui représentent dans beaucoup des pays moins de 15,3% au niveau des parlements nationaux. Dans les pays même les plus avancés ou on a connu le système de quota, la présence des femmes au niveau des parlements nationaux gravite autour de 22,8%. Face à cela, les nations unies ont projetées en septembre 2015 de faire en sorte que d’ici 2030, on puisse permettre aux femmes d’arriver à occuper 50% dans les instances de décision que ce soit les parlements nationaux que provinciaux. Les femmes constituent plus de 50 % de la population, les femmes contribuent à plus de 77% de la création des richesses. Nous sommes obligés aujourd’hui dans le processus de budgétisation   de prendre en compte la femme, la fille et la petite enfance parce qu’elles sont véritablement  le levier et le moteur du développement. »

La ministre provincial du genre, famille et enfant , a émis le vœu de voir les femmes de la Tshopo s’impliquer pleinement  dans le processus électoral en tant que témoins, observateurs, agent de contrôle et de suivi des bureaux de vote, candidate et élues à l’issue des prochaines élections. Bernadette FURAHA a allégué que « les droits de la femme constituent l’une des préoccupations nationales majeures bien inscrite dans la constitution de la République précisément en son article 14. Il s’agit entre autre de prendre dans tous les domaines notamment: le domaine civil, politique, économique-social et culturel, toutes les mesures appropriées pour assurer le total épanouissement et la pleine participation de la femme au développement de la nation. Il s’agit également de prendre des mesures pour assurer une représentation équitable de la femme au sein des institutions nationales, provinciales et locales ». Bernadette FURAHA a plaidé également pour la garantie de la mise en œuvre de la parité homme-femme dans les dites institutions.

Cet atelier s’est focalisé sur les stratégies électorales, la préparation de la campagne électorale, la connaissance du système  électoral, les conflits électoraux et la sécurisation des élections, au travers du  programme  « COACHING DES FEMMES CANDIDATES » conçu essentiellement sur l’application des techniques d’accompagnement personnalisées des femmes leaders politiques et sociales et a pour objectif principal le renforcement des capacités des femmes candidates en techniques gagnantes aux diverses élections en cours dans le pays.

 

décembre 2019
L M M J V S D
« Nov    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031