KISANGANI : « La prévention, la gestion et la résolution pacifique des conflits au centre d’un atelier de renforcement des capacités.»

PARTAGER

Le vendredi 1er et samedi 2 février, le collectif des femmes a réuni une trentaine de personnes, hommes et femmes, membres des paillotes de paix  venues de six communes de la ville de Kisangani pour prendre part à un atelier sur la gestion et la résolution des conflits électoraux et post-électoraux. Ces assises se sont tenues dans les locaux de la ligue pour la lecture de la bible située en plein centre de  la commune Makiso. L’objectif de cet atelier est de renforcer les capacités  de ces femmes sur la prévention, la gestion et la résolution pacifique des conflits.

Charly ANDIRU

Selon  Charly ANDIRU, point focal du Fond pour les Femmes Congolaises et membre du Collectif de Femmes, ces assises visent à outiller les participants des notions leur permettant de prévenir les conflits au sein de leurs différents milieux.

«…Nous sommes en plein processus électoral, et nous savons que tout processus électoral constitue une période pendant laquelle  s’observe les turbulences, où l’on voit naitre les conflits autour des élections. C’est pourquoi nous visons une cohabitation pacifique entre les communautés en gérant pacifiquement ces conflits liés aux élections avant, pendant et ou après ….Les partis politiques en compétition constitués  des sympathisants vivants dans les communautés et une fois le conflit s’observe en amont, c’est toute la communauté qui est touchée, c’est pourquoi nous préférons outiller certains membres de paillotes de paix des notions de prévention et de gestion des conflits en vu de traverser ce processus électoral avec moins de mal….»

Les paillotes de paix sont des noyaux de paix ou groupes de personnes qui se réunissent dans leurs communes et qui travaillent sur la gestion des conflits. Les participants sont outillés sur les notions liées aux généralités sur les conflits, la médiation ainsi que le fonctionnement et rôle des paillotes de paix. Les cinq membres venus de chaque commune, formeront à leurs tours 30 personnes au sein de leurs municipalités respectives.