sam. Déc 7th, 2019

RFMTV

La Radio Télévision Forces des Médias

KISANGANI : Le Comité de Gestion de l’Université de Kisangani exclut définitivement six étudiants et ordonne le déguerpissement volontaire de trois homes non réhabilités de cette institution endéans trois jours.

4 min read

La nouvelle vient de tomber comme une mèche de cheveux dans la soupe. Six étudiants, considérés comme meneurs d’un groupe d’étudiants qui s’est caractérisé par une violence extrême ayant causé des dommages importants lors des manifestations du 7 et 8 février, ont été exclus définitivement de l’Université de Kisangani. Selon la décision rectorale N°/R/007/UNIKIS/2019 du 2 Mars 2019 affiché aux valves de cette institution, ce groupe d’étudiant a causé des dommages importants tant matériels que psychologiques à l’endroit des membres du Comité de Gestion, ceux du corps académique, scientifique, administratif, technique et ouvrier ainsi qu’à l’endroit de leur collègues étudiants. Il est également reproché à ces étudiants des coup et blessures volontaires ainsi que l’incendie des biens des étudiants soupçonnés corrompus par les politiciens pendant la campagne électorale. La décision rectorale souligne aussi que ces étudiants ont séquestrés le comité de gestion et le personnel du bâtiment administratif pendant près de trois heures et  incendiés volontairement sept motos, deux jeeps et un minibus dans l’enceinte du bâtiment administratif de l’université de Kisangani.


Cette  décision rectorale met aussi en charge des étudiants l’agression à l’arme blanche en date du 8 février 2019 des domiciles de personnel de l’université habitant le quartier pasteur. Ces actes ont occasionné la destruction méchante de leurs biens dont les véhicules, chaises et vitres.

Par ailleurs, dans un autre communiqué qualifié de « très important », le Comité de Gestion exige à tous les pensionnaires des homes non réhabilités de les libérer pacifiquement endéans trois jours à dater du lundi 4 Mars 2019. Il s’agit des hommes Complexe Elungu, Village Koli et Monaco. Le communique mentionne qu’après libération, les étudiants pensionnaires de l’Université de Kisangani qui le souhaitent, peuvent introduire une demande de logement qui sera traitée conformément aux dispositions réglementaires en la matière. Selon ce communiqué, la décision du  Comité de Gestion a été motivée par l’occupation anarchique des homes non réhabilités, les troubles répétés à l’ordre public causés par les pensionnaires de ces homes mais aussi dans la perspective de rétablir l’ordre et la discipline dans l’occupation de ce patrimoine de l’Université.

Réunis à l’assemblée générale extraordinaire le 27 Février dernier pour statuer sur les actes de barbaries posés à leur endroit par les étudiants de l’université de Kisangani, les membres du corps académique de cette institution avaient constaté avec regret qu’aucune de leurs revendications n’avait été exécutée notamment ; le déguerpissement des étudiants pensionnaires du complexe ELUNGU n’était pas encore réalisé et sa réaffectation à une autre fin, les biens brûles et détruits (Véhicules, motos et maisons) n’étaient pas encore réhabilités et les étudiants responsables de cette forfaiture n’étaient ni identifiés ni sanctionnés. C’est sur base de ce constat malheureux que les enseignants de l’Université de Kisangani avaient durci le ton en poursuivant la grève illimitée déclenchée depuis le 18 Février dernier, jusqu’à ce que toutes ces revendications obtiennent gain de cause et s’étaient  réservés le droit d’ester en justice toute personne qui porterait atteinte au corps.

Pr Trésor Grison KAKUMBI

Avec cette série de décisions, selon le secrétaire – rapporteur de l’APUKIS, le Comité de Gestion est en voie de répondre positivement aux revendications des professeurs. Le professeur Trésor-Grison KAKUMBI salue la première décision qui est celle de l’exclusion de six étudiants même si, selon lui, cette décision devait être prise depuis belle lurette. Toutefois, il pense que les enquêtent se poursuivent parce qu’il n y a pas que les six étudiants qui sont concernés, et, pense -t-il, le Comité de Gestion devra amener ces étudiants jusqu’au pénal pour une réparation des préjudices causés. Concernant la décision de déguerpissement, le professeur Trésor-Grison KAKUMBI pense qu’une décision n’est pas une application de la décision. Le déguerpissement devra être effectif et cela devra être suivi d’une réaffectation des bâtiments du Complexe Elungu à une autre fin. Bref, le Comité de Gestion est loin de répondre positivement aux revendication des enseignants de l’Université de Kisangani.

décembre 2019
L M M J V S D
« Nov    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031