Mémorandum de la CACT de l’IFA Yangambi, le Professeur Billy BOLAKONGA monte eu créneau : « Le rabattement des frais académiques à des taux arbitraires de 920 francs congolais le dollar par le Ministre Steve MBIKAY était l’une des pires inepties qu’un Ministre de l’enseignement supérieur et universitaire ait pu commettre ».

Pour le Professeur Billy BOLAKONGA, ce fut une mesure populiste qui ne reflétait aucune la réalité du marché et qu’il avait dénoncé en son temps et avait même personnellement interpellé ledit “Ministre” à ce propos.  Seulement, ce qui est étrange, estime-t-il, c’est le signal que le gouvernement lance vis-à-vis du secteur universitaire, le seul où l’on fixe la parité du dollar face au franc congolais, ce qui n’a jamais été le cas dans le secondaire par exemple. La deuxième chose qui choque, ajoute-t-il, c’est le choix des institutions à qui l’on donne la priorité pour le paiement du manque à gagner. Il explique, par ailleurs, que l’IFA Yangambi qui forme des ingénieurs agronomes polyvalents et très utiles pour le développement et la croissance économique de la RDC. Mais il est relégué au second voire au troisième plan.

« Cette ineptie monumentale comportait les nombreuses faiblesses  reprochées aux subventions peu raisonnées dont l’accoutumance créée chez les bénéficiaires. Celle-ci, à la longue, devient difficile à éliminer à cause des multiples pressions qui surgiront. La conséquence logique est qu’avec le temps, cela pèsera de plus en plus lourdement sur le gouvernement. En réalité Steve MBIKAY et le gouvernement TSHIBALA dans son ensemble espéraient résoudre une question macro-économique par des mesures cosmétiques qui ne rimaient finalement à rien ! C’était, pour faire une analogie, casser le thermomètre pour faire baisser la fièvre. La solution était donc ailleurs. Nous sommes justement dans un cas de figure où  les finances publiques sont exsangues à cause notamment des mesures sulfureuses prises par un gouvernement qui manquait visiblement une vision projective. A la volée et à l’aveuglette, pour palier au manque à gagner qu’une décision peu réfléchie entrainerait chez le personnel académique et scientifique qui menaçaient de faire grève, le gouvernement promit de compenser le déficit par des décaissements non prévus par le budget de l’exercice passé. Ce n’est pas la première fois que cette institution fasse ainsi l’objet d’un grand mépris en matière de rémunération de son personnel. C’est vraiment à croire que l’enseignement agronomique universitaire et la recherche agroalimentaire ne constitue aucunement une priorité pour le gouvernement rdcongolais. Sinon comment comprendre que les autres institutions supérieures de la place aient déjà bénéficié de quelques tranches du redressement de manque à gagner alors que l’IFA-Yangambi n’a pas encore perçu le moindre centime ? Ceci frustre sérieusement son personnel et lui donne l’impression d’être méprisé. Il est important  de redresser rapidement les choses si l’on veut instituer une société plus juste et équitable ».

La CACT, la corporation des assistants et chefs de travaux de l’Institut Facultaire de Yangambi, a déposé le vendredi 28 juin 20198 un mémorandum à l’Assemblée Provinciale de la Tshopo dans lequel elle menace d’aller en grève au cas où les autorités ne trouvent pas solution à leurs revendications. Conséquence logique de cette grève, le boycotte des examens de fin d’année qui se profilent.

 

Lire l’article https://rfmtv.net/les-assistants-et-chef-de-travaux-de-lifa-yangambi-menacent-de-boycotter-le-session-de-fin-dannee/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *