SANTE : Tshopo, un taux de mortalité de 12.7 % dû à la rougeole et sous menace de la Poliomyélite.

PARTAGER

Le Ministère provincial de la santé de la province de la Tshopo a lancé le jeudi 18 Avril la campagne de vaccination contre la poliomyélite et la rougeole. Cette campagne de riposte contre la poliomyélite et la rougeole concerne essentiellement les enfants de zéro à cinq ans sur toute l’étendue du territoire national.

Selon Francy BAELONGANDI, chef de division provinciale de la santé, la poliomyélite est une maladie incurable et mortelle. A l’en croire, le seul moyen de l’éviter est la vaccination. Vacciner c’est aimer et c’est protéger, dit on. Ce dernier a interpellé les parents à laisser vacciner leurs enfants.

Bienvenu MPANDA

Pour Bienvenu MPANDA, chef de bureau ai de l’UNICEF Kisangani, la poliomyélite est vécu partout dans le monde. La province de la Tshopo est elle aussi  victime de ce virus de poliomyélite. Il a, à cette occasion, dressé l’état des lieux de la poliomyélite dans la province de la Tshopo.

«…Selon l’OMS, Organisation Mondiale de la Santé, on dénombre plus de 300 % de cas de rougeole au premier trimestre de l’année 2019 comparativement à la même période en 2018. ….. Du début de l’année 2019 à ce jour, 1796 cas ont été rapportés dont  483 décès soit un taux de mortalité de 12 ,7% due à la  rougeole…Quant à la poliomyélite sauvage, comme vous le savez, la RDC a été déclarée un pays sans poliomyélite en novembre 2015. Elle n’attendait que la certification. Cependant, malheureusement, le pays a confirmé le 08 Mai 2017 une épidémie de ce virus circulant de souche vaccinale d’étude  dans les provinces du Maniema et du Haut Lomami…Aujourd’hui six province voisines de la Tshopo à savoir le Maniema, le Haut Lomami, L’Ituri, le Haut Katanga, la Mongala et le Tanganyika… »

Dieu Donné MATA

De son coté, Dieu Donné  MATA AMBANGENE directeur de cabinet du gouverneur de province, interpelle la conscience des autorités politico-administratives pour la supervision de cette activité et des professionnels de santé à travailler avec dévouement et conscience. Aux parents, d’accepter de faire vacciner leurs enfants. 

«…Pour que cette activité se déroule avec succès et que cela donne un rendement, les autorités politico-administratives, policières, militaires et les services des renseignements sont exhortées à participer activement à cette opération pour sa réussite, à la supervision, à l’encadrement et à l’accompagnement. Ainsi cette opération se déroulera dans des bonnes conditions sur les plans : social, infrastructurel et sécuritaire… »

Pour une bonne facilitation de la tâche aux professionnels de santé, le représentant du Gouverneur à cette cérémonie a en premier lieu interpeler la conscience et le savoir faire de ces professionnels mais aussi les parents des enfants concernés par cette vaccination.

«…Ce message d’interpellation s’adresse ensuite aux professionnels de santé et à toutes les équipes d’appoints qui sont mis en œuvre pour l’exécution de cette activité…Chers professionnels, l’autorité provinciale vous demande de travailler avec amour, conscience, dévouement et sens de responsabilité pour le bien être de nos enfants , l’avenir de la nation…Et enfin aux parents, chers parents, aimer c’est faire vacciner son enfant, protéger c’est vacciner…Amenons nos enfants à la vaccination, présentons les aux équipes de vaccination, si nous nous soucions de leur avenir, si vous et nous sommes ici, nous nous tenons debout et en bonne santé, c’est par ce qu’il y a des gens à nos cotés quand nous étions enfants qui ont accepté de nous protéger avec amour comme on vous  demande de le faire aujourd’hui », a-t-il précisé.

Selon les spécialistes des soins, un enfant atteint par la poliomyélite peut contaminer trois cent enfants de son entourage. Cette campagne est organisée sur toute l’étendue de la province de la Tshopo et les vaccinateurs passeront de porte à porte du 19 au 21 avril 2019.