Tshopo : 1 400 000 dollars américains débloqués par le FONER, mythe ou réalité ?

Tshopo : 1 400 000 dollars américains débloqués par le FONER, mythe ou réalité ?

En tout état de cause, ce n’était plus un secret de polichinelle depuis que le directeur général a.i du fonds national d’entretien routier a annoncé, il y a plus d’un mois , au gouverneur de la province de la Tshopo que son institution a débloqué un montant de un million quatre cents milles (1 400 000) dollars américains et versé dans le compte de l’office des routes pour la réhabilitation de la route nationale numéro 4 tronçon compris entre Avakubi (frontière entre la Tshopo et l’Ituri) et Kisangani.

Madame Georgine Selemani Tula qui a séjourné à Kisangani et qui avait d’ailleurs appelé les opérateurs économiques au paiement des taxes routières afin de permettre sa réhabilitation, confirmait alors le déblocage de cette somme au profit de la RN4.

Que se passe-t-il après cette annonce ?

Depuis l’annonce de la disponibilité de cette somme versée à l’office des routes couplé de la visite d’inspection du directeur général de l’office des routes sur le site, rien n’est fait sur terrain un mois après.
Une situation qui a conduit les commerçants et transporteurs de la RN4 à paralyser les activités commerciales lancée mercredi 25 novembre à Kisangani où boutiques, magasins et dépôts n’ont pas ouvert jusqu’à ce jeudi 26 novembre 2020.
une manière pour ces opérateurs économiques, réunis au sein de l’association des commerçants du Congo, de contraindre l’état congolais à réhabiliter cette route où plus de 1 000 véhicules restent stationnés le long de cet ouvrage pour impraticabilité.

Lueur d’espoir de la part de l’office des routes

Selon le média en ligne lebaromètreonline.com dans sa publication de ce jeudi 26 novembre 2020 à propos du même sujet, le confrère affirme avoir obtenu un peu plus d’éclairage auprès de la direction générale de l’office des routes à Kinshasa. L’office des routes qui est mis en accusation dans cette affaire.

A en croire le confrère, c’est l’assistant du directeur général et directeur du département formation Ernest Moke qui a éclairé sa lanterne et son équipe de reportage.
Ernest Moke a d’entrée de jeu précisé que le jour où le directeur général ai du Foner déclarait avoir mis l’argent à la disposition de l’office des routes, rien n’avait encore été fait.
Et de poursuivre que c’est seulement il y a peu que l’argent vient d’être versé dans le compte de l’office des routes, renseigne lebarometreonline.com.

Pour ce faire, la direction générale de l’office des routes n’attend plus que la procédure d’octroi de marché public arrive à son terme pour remettre cette somme à l’entreprise chinoise qui avait gagné le marché pour le début des travaux.

Cependant, les prix de produits de première nécessité ont pris de l’ascenseur au marché de Kisangani.
Des produits vivriers tels que le haricot, oignon, pomme de terre ont quadruplé les prix.

Jean Claude Fundi