ven. Déc 13th, 2019

RFMTV

La Radio Télévision Forces des Médias

TSHOPO : Les activités fluviales reprennent sur le fleuve Congo entre Ubundu et Kindu.

4 min read

Lundi 4 mars, plus de 10 baleinières ont quittées le port de la SNCC d’Ubundu. Destination : Kindu dans la province de Maniema en aval du fleuve Congo. Cette reprise du trafic sur cette partie du pays est consécutive à l’accalmie qui s’observe dans le secteur de Walengola Lowa, territoire d’Ubundu, dans la province de la Tshopo.

Des sources concordantes parlent de l’arrivée du général Amisi Kumba Tango Fort des FARDC, Forces Armées de la République Démocratique du Congo,  en provenance de la province de Maniema qui partage les limites avec le territoire d’Ubundu. Dans un entretien avec la presse à Kisangani ce mercredi 6 mars, les autorités de la 31ième  région militaire des FARDC lancent un appel au retour des déplacés à Lowa. Les forces loyalistes contrôlent la cité de Lowa et ses environs, affirment-elles.

Sur place à Lowa les FARDC conseillent aux déplacés de se présenter dans deux villages voisins. Il s’agit de Masiri (12 km) sur la route qui va vers les secteurs voisins, qui constituent le bastion des miliciens revendiquant, et à Kilamba (15 km en aval du fleuve). A en croire LODJEDJE BUSHIRI, chef de service de contrôle de paie des enseignants à Lowa, qui est arrivé à Ubundu avec sa famille le vendredi 1er mars après avoir tenter de résister dans les environs de la cité de Lowa, « chaque retourné doit se présente chez le chef du village qui l’amène dans le village Mamboleo pour se faire enregistré avant de traverser par pirogue pour Lowa en mettant un ruban blanc sur la tête ». Celui qui ne rentre pas, sera traité de milicien », ajoute t-il.

Il est 13h, sous un soleil de plomb, un groupe des policiers et des militaires passent au rond point commercial de la cité d’Ubundu avec deux jeunes sous menottes. Il s’agit des miliciens qui sont acheminés à Kisangani. Une femme soupçonnée d’être parmi les féticheurs des miliciens dits « revendiquant » de Lowa a été aussi conduite au cachot de la PNC, Police Nationale Congolaise, Ubundu. Selon l’un des médecins de l’hôpital général d’Ubundu, cette dame a été amenée dans sa formation médicale à cause des tortures qu’elle a subie. 

Et pourtant plus de 4000 habitants de Lowa et Masimango en fuite à Ubundu attendent impatiemment de l’assistance. Du 03 au 04 mars dernier un élu provincial a offert des vivres (riz) et non vivre (sel et du savon). Les ménages qui ont plus de 18 personnes ont reçu chacun 4 gobelets de riz, du sel dans une boite à conserve de tomate et quelques barres de savon de lessive. « C’est un don de l’honorable Musa Hamadi, qui ne sert que du repas d’une seule journée », déclare KURAPHE ADULUMBA, président de la croix rouge d’Ubundu qui supervise la distribution de ces vivres et non vivres aux déplacés. Dans les familles d’accueil, « ça devient intenable, les provisions qu’ils ont ramenés de leurs fuites sont épuisés », rapporte l’un de jeune secouriste qui a accueilli plus de 30 déplacés chez lui.

La croix rouge vient de cibler deux sites pour héberger ces déplacés. Notamment dans une des espaces verts derrière l’hôpital général d’Ubundu et dans un bâtiment qui servait de léproserie dans le temps. Le second site est non loin de la gare de la SNCC. Ces endroits en état d’abandon nécessitent des appuis conséquents pour espérer garantir un minimum des conditions d’hébergement à ces déplacés.

Les éléments de la croix rouge commencent à sensibiliser les déplacés pour qu’ils rejoignent ces sites d’hébergement. Mais, beaucoup de déplacés hésitent par peur de mourir de faim et des maladies. Le don du député provincial Musa HAMADI comporte aussi une centaine de bidon pour l’eau qui seront remis uniquement aux déplacés qui occuperont les premiers les sites d’hébergement commun. 

L’heure du bilan partiel de la crise de LOWA

Des sources locales, notamment l’administration du secteur, la société civile et des forces de sécurité parlent de plus de 50 personnes enterrées sur place à Lowa.

« L’armée a demandé aux populations du village Mamboleo de l’autre rive du fleuve de venir inhumer les miliciens tombés pendant les affrontements contre les FARDC », rapporte LODJEDJE BUSHIRI, chef de service de contrôle de paie des enseignants à Lowa.  Parmi les miliciens abattus par les FARDC, il y a KABANGA Bita, une fille de 12 ans qui était considérée comme la cheffe de la branche fétichiste des Revendiquant.

Selon AMISI BOKINDO Hubert, secrétaire administratif du dit secteur en fuite à Ubundu, qui reste en contact avec ses collaborateurs qui ont fuit dans les villages environnants de Lowa, les dégâts matériels sont considérables. Curieusement les destructions semblent être ciblées. Les maisons et biens détruits sont d’une part des services de l’administration publique locale, y compris l’hôpital, et d’autre part de certains cadres du parti politique le PPRD. Notamment SOMBI Théo qui est secrétaire exécutif du PPRD et MOLANGA KITOKO TOSTA.

La situation serait plus alarmante dans les brousses où des milliers des déplacés se sont réfugiés et qui n’avaient pas des moyens pour descendre jusqu’à Ubundu. Le secrétaire administratif du secteur de Walengola Lowa sollicite le plus rapidement possible le déploiement des humanitaires pour assurer une prise en charge des affectés de ces affrontements et mieux encadrer le retour des déplacés.

Ernest MUKULI

décembre 2019
L M M J V S D
« Nov    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031