TSHOPO : Les Médecins des hôpitaux publics dans la rue : ils réclament leur alignement à la prime de risque professionnelle.

Les médecins du secteur œuvrant dans la ville de Kisangani étaient dans la rue ce lundi 29 avril. Ils réclament leur alignement à la prime de risque professionnel tel que promis par le chef de l’Etat. Une marche pacifique qui est parti du centre médical AL WALEED en passant par la mairie, le boulevard du 30 juin, pour chuter au gouvernorat de province où un mémorandum a été déposé au vice-gouverneur de province. Sur  leurs calicots, on pouvait lire : « médecins des hôpitaux publics sans prime de risque, nous réclamons notre alignement. C’est notre droit légitime »n mais aussi « collectif national des médecins non primés province de la Tshopo. Acte 5 prime égal avril, promesse du chef de l’Etat ». Les médecins estiment que ce mémorandum constitue un cri de détresse à l’Etat Congolais. Pour docteur Rigobert KALEBA SADIKI, porte-parole de ces médecins, malgré toutes les négociations, ces médecins ne sont jamais rémunérés par l’Etat Congolais.

« …Nous disons que ceci est un cri de détresse, d’un groupe de 92 médecins de l’Etat congolais dans la province de la Tshopo, faisant partie d’un collectif de plus de 4500 médecins à l’échelle nationale, travaillant dans le secteur public depuis plusieurs années, entre 2 et 6 ans pour la plupart…Nous consacrons notre vie pour sauver celles de nos compatriotes, au péril de notre propre vie. Nous sommes quotidiennement exposés à des risques énormes, malheureusement, malgré tous nos sacrifices et toute notre patience, en dépit de toutes les négociations menées par notre syndicat, nous ne sommes toujours pas rémunérés par le gouvernement Congolais… », a t – il souligné.

En poursuivant, ces médecins qualifient ce traitement d’injuste et menacent, s’ils ne sont pas remis dans leur droit, de se retrouver dans l’obligation de passer à des actions de grande envergure.

« …Nous ne touchons ni prime de risque, ni salaire, une situation sociale injustice nous imposé, nous réduisant à des clochards comparable à des esclaves dans notre propre pays et pourtant nous rendons des services nobles à la Nation Congolaise…Voilà pourquoi nous avons levé l’option de descendre dans la rue ce lundi 29 Avril 2019 pour faire entendre notre voix d’indignation…Le chef de l’Etat nous a donné sa parole d’honneur par le biais de la Coordination Nationale du collectif de nous rétablir dans nos Droits. En promettant notamment notre alignement à la prime de risque professionnelle et de payement de notre salaire à partir de la fin  ce mois d’Avril 2019. Mais jusqu’à ce jour, rien de concret suite à  des blocages intentionnellement et artificiellement montés…Ainsi permettez, Son Excellence, que les médecins puissent venir auprès de votre autorité demander l’exécution sans déformation ni de la portée ni du délai du chef de l’Etat fait aux médecins, faute de quoi nous nous retrouverons dans l’obligation le plus légitime de passer à des actions syndicales de plus en plus radicales… »

Pour sa part, le vice-gouverneur qui a réceptionné ce mémorandum, dit prendre acte et promet à son tour de le faire parvenir au chef de l’état.

«…Au nom du président de la république et de mon titulaire, je prends ce mémorandum pour le remettre à qui de droit, et je prends également acte de son contenu. Mais aussi je vous demanderai d’être un  peu patients… Vous êtes  arrivé auprès de la bouche autorisée. Je prends l’engagement de faire parvenir ce mémorandum au chef de l’Etat d’ici lundi prochain…», a rassuré le vice gouverneur en réceptionnant le mémorandum.

Au total, 92 médecins de la province de la Tshopo sont concernés par cette situation de non-paiement de la prime de risque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *